Xavier Niel exporte l’école 42 dans la Silicon Valley Read

42.png

rois ans après l’ouverture de 42 à Paris, Xavier Niel, le fondateur du groupe Iliad, a décidé de récidiver aux États-Unis. L’école d’informatique dédiée aux futures stars du code aura sa soeur jumelle, sous le même nom de code (42.US), basée à Fremont en Californie, en plein coeur de la Silicon Valley.

Niel soutenu par Facebook, Snapchat, Periscope…

Comme dans l’Hexagone, l’enseignement au sein de la structure de Xavier Niel y sera entièrement gratuit. Dans un pays où les frais de scolarité à l’université se chiffrent à plusieurs dizaines de milliers de dollars, 42 fait figure d’OVNI outre-Atlantique. Au total, les prêts contractés par les étudiants atteignait ainsi 1 160 milliards de dollars, soit près de 1 000 milliards d’euros, à la fin de l’année 2014, précise l’école qui cite la Réserve fédérale de New York.

Dans les cinq ans à venir, 10 000 étudiants passeront par 42, selon des chiffres avancés par l’établissement. «Nous sommes toujours à la recherche de grands ingénieurs issus de tous les milieux et de toute éducation comme 42», a déclaré Jack Dorsey, le PDG de Twitter, qui apporte ainsi un soutien personnel à l’initiative de Xavier Niel. Evan Spiegel, le co-fondateur de Snapchat, Kayvon Beykpour, le PDG de Periscope, David Marcus, le VP Messaging Products de Facebook, Alexa Scordato, la directrice Product Marketing de Stack Overflow, ou encore Loïc Le Meur, le fondateur de Leade.rs, ont également soutenu l’initiative de l’entrepreneur français.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s